Dojo de la Licorne

Fred Champion de France de JJB et coach national du Rwanda et du Burundi aux derniers championnats du Monde de judo

Vous avez dit Chelyabinsk ?

Du 25 au 31 aout dernier se tenaient en terre russe les championnats du monde individuels et par équipes de Judo. En qualité de coach national des équipes du Rwanda et du Burundi (dans le cadre du projet de solidarité sportive intitulé « Turikumwe »), j’ai eu l’opportunité de participer à cette compétition planétaire et de découvrir une Russie largement méconnue, qui gagnerait à ne plus l’être.

Chelyabinsk ? Vous avez dit Chelyabinsk ? Même les voyageurs les plus cultivés et expérimentés peuvent éprouver quelques difficultés à situer géographiquement, culturellement, et humainement cette contrée plutôt lointaine et à priori isolée. Et bien, rassurez-vous ! Ce n’est pas si compliqué que cela à trouver : après avoir fait escale dans l’immense aéroport de Moscou, vous passez la chaine montagneuse de l’Oural, puis vous prenez la direction du Sud, et vous arrivez dans l’oblast (région) de Chelyabinsk…. Arrivé à Chelyabinsk ville, centre de gravité du Judo mondial pendant une semaine, vous découvrirez alors avec étonnement : une ville moderne et industrielle de plus d’un million d’habitants où il fait jusqu’à -30 degrés durant l’hiver, des rues où toutes les inscriptions relèvent de l’alphabet cyrillique (qu’évidement je n’avais pas manqué d’étudier avant mon départ), des immenses logements collectifs aux couleurs ternes à perte de vue, et des habitants parlant très peu la langue internationale véhiculaire, l’anglais.

Mais, attention, je vous arrête tout de suite. Chelyabinsk, qui compte en son sein de nombreux champions internationaux de Judo (Makarov, Denisov, Isaev, Saidov pour les connaisseurs…), et qui dispose d’un centre de préparation olympique pour le Judo, a déjà brillamment organisé les championnats d’Europe de Judo en 2012. En cette fin d’été 2014, l’extrême application des organisateurs, et la « passion » du Judo, furent ainsi au rendez-vous de cet événement qui a fait la fierté de la ville et du pays !

A peine arrivé, je suis frappé par l’étendue des affichages relatifs aux championnats qui vont se tenir dans quelques jours, il y en a absolument partout. Le centre-ville et sa « célèbre » rue piétonne Kirovska est parée aux couleurs du championnat. La mascotte officielle, un tigre éminemment avenant et souriant qui répond au doux nom de Zhorik, a envahi les murs de la ville. Une fois parvenu à l’hôtel Planéta (prononcez avec l’accent russe : « planiéta ») où logent les délégations nationales les moins nanties comme la nôtre, une nuée de jeunes femmes appelées « attachée » vous accueille avec chaleur et dévouement. 10 jours durant, une attachée pour la délégation du rwandais dont je fais partie, une attachée pour la délégation du Burundi, dont je fais aussi partie (rassurez-vous les pays sont proches l’un de l’autre…), vont se démener pour rendre notre séjour aussi agréable que possible. Qu’elles en soient ici, solennellement remerciées, « spasibo » (merci) à toutes. Car, accompagner dans la vie quotidienne un groupe de 5 jeunes combattants africains, qui ne sont jamais sortis de leur pays, n’est pas, vous pouvez me croire, une mince affaire…

Notre expérience sportive de modeste délégation sur les tatamis de la salle du Traktor (prononcez avec l’accent russe « Traktorp ») Arena, qui ordinairement abrite du hockey sur glace, fut courte. Alors même que la glace de l’enceinte avait été retirée à l’occasion de la compétition de judo, tous « mes » compétiteurs africains ont malheureusement glissé dès le premier tour. Mais, pour ces judokas âgés de 19 à 20 ans et pour moi, l’essentiel était de participer en donnant le meilleur de nous-même (merci Pierre de Coubertin…), de mettre en valeur les projets éducatifs et sociaux menés en Afrique, mais aussi de… faire un peu de géographie et de géo politique. Nous avons en effet rencontré des combattants venus : d’Argentine, d’Uruguay, de Cuba (jusque-là tout va bien…), mais aussi du Tadjikistan, et du Kirghizstan…. Encore des pays méconnus qui gagneraient à l’être….

Nous avons ensuite pu assister à un championnat de toute beauté où le judo offensif a brillé de mille feux, à l’instar des météorites venues de l’espace qui se sont abattues il y a quelques années sur Chelyabinsk. Un championnat où enfin les arbitres ont vraiment laissé le temps aux combattants de travailler en ne waza (ce qui a provoqué de belles passes d’arme et quelques retournements de situation), où les japonais dont on annonçait la chute après les scandales récents ont dominé les débats (meilleure nation au classement des médailles individuelles, victoire de l’équipe masculine lors du tournoi par équipe).

L’équipe de France avec 7 médailles à son actif (2 or, 1 argent, 4 bronze) aurait sans doute pu convertir davantage de breloques, mais il lui a manqué ce petit plus qui fait la différence entre une nation numéro 1 (le Japon) qui domine à nouveau son sujet après le crash des Jeux olympiques de Londres en 2012 (médailles), et une nation numéro 2 depuis 4 événements planétaires maintenant. Satisfaction notable de supporter : l’équipe féminine décroche superbement le titre mondial par équipe, et Teddy Riner poursuit son parcours parsemé d’or avec un 7ème titre. Il trouve surtout un concurrent sérieux en la personne du japonais Ryu Shichinohe.

La délégation russe qui avait annoncé que ce championnat du monde ne constituait pas un objectif majeur (préférant se concentrer sur les jeux olympiques de Rio à venir), a récolté un nombre important de médailles (8), mais, aucun titre n’est venu enflammer une « patinoire » qui n’attendait que cela. J’ai cru à un moment qu’un exploit se dessinait lors de la finale de la compétition masculine par équipe, sous les yeux attentifs du président Vladimir Poutine venu assister à la confrontation. Ainsi, pris par l’enthousiasme général, je me suis même surpris à scander avec le public local « lou-ssi-a », « lou-ssi-a », « lou-ssi-a » (Russie évidemment), pour encourager les combattants russes de la finale par équipe. Mais, le Japon avec intransigeance a fini par l’emporter.

Au-delà de cette dimension de concurrence sportive, c’est principalement « l’état d’esprit » ambiant que je retiens de mon expérience russe. Les championnats du monde de Judo sont véritablement à mon sens un espace de rencontre entre les judokas du monde avec peu de barrière culturelle et une passion fédératrice. Les judokas qui se fréquentent toute l’année sur le circuit mondial semblent tous très bien se connaitre et souvent s’apprécier, les autres (nous) qui ne fréquentent pas le circuit mondial sont ravis d’être là. J’ai pu constater tant de gestes de sympathie entre judokas concurrents ou pas, tant de rapprochements entre délégations, tant de fair play malgré la frustration, que ma vision parfois critique quant aux affres du sport d’élite et du sport business s’en trouve quelque peu remaniée. Nous étions également très très loin de la situation ukrainienne qui a tendu durablement les relations internationales, bien qu’étant proche géographiquement. Je crois que j’ai eu la chance, le temps d’un championnat, de baigner dans la passion mondialisée du Judo dont l’épicentre se trouvait à Chelyabinsk.

Chelyabinsk ? Vous avez dit Chelyabinsk ? Les judokas alsaciens ne peuvent à présent plus ignorer ce qui s’est joué dans cette ville en 2014. Loin des enjeux de politique internationale, l’accueil spontané, curieux, et très sympathique du peuple russe a vraisemblablement contribué à ce succès et a encouragé un élan universaliste. Décidément, la Russie, c’est plus ce qu’on pensait que c’était… Pour l’année prochaine, de nouvelles belles surprises sont à envisager puisque les championnats du monde de Judo ont lieu « à côté » : c’est-à-dire à Astana au Kazakhstan… un pays largement méconnu, qui gagnerait à ne plus l’être. Astana ? Vous avez dit Astana ?…

 

BARTHELEMY Frédéric

Enseignant 3ème dan au judo club de Saverne

Membre de la commission judo pour la paix de la fédération internationale de judo

fred chelyabinsk

Samedi 6 septembre : Matinée d’inscription et/ou de Réinscription

Le club organise un matinée d’inscription et/ou de réinscription avec des démonstrations participatives de chambara et de Jiu Jitsu brésilien au Dojo de la Licorne à partir de 9 heures.

Venez nombreux.

Inscription 2014-2015

Stage de rentrée : à partir de la catégorie des benjamins.

 

 

 

 

stage judo août_001stage judo août_002

Cordialement.

Nos “nouvelles” disciplines…..

Dans notre rubrique “nos disciplines” vous trouverez un descriptif de nos nouvelles pratiques possibles au club : le Jiu jitsu brésilien et le Chambara…..

N’hésitez pas à tester, à vous renseigner…..

Saison 2014/2015 : Les horaires…..

Bonjour,

Les horaires des cours pour la saison 2014/2015 sont disponibles…..

Bonnes vacancesEsprit-farniente_reference

GUILLAUME CEINTURE NOIRE

Aujourd’hui à Epinal, Guillaume Sergent a validé ses deux derniers UV et termine par la même occasion son parcours pour sa ceinture noire.

Un grand bravo à lui ainsi qu’à Pierre Huppert, son fidèle Uke!

Avec toutes les félicitations du club.

 

Fin des cours de la saison 2013/2014

Les cours s’arrêteront le samedi 28/6/2013.

Bonnes vacances, et à bientôt…..

Matinée de Ré-inscription….

Ce samedi aura lieu la matinée de re-inscription de 10h00 à 12h00, un médecin sera présent pour l’occasion.

Il sera également proposé un cours découverte taiso et auto défense pour les personnes intéressées.

Minimes : Coupe de France par équipe départementale à Villebon sur Yvette

Hier se sont déroulées les rencontres de Coupe de France par équipe. Trois de nos jeunes minimes filles Juliette Criqui, Amina Dolgieva et Eloïse HAMM ont pu participer à cette expérience unique. Les équipes Bas Rhinoises ont su sortir des poules de qualification mais se sont heurtées ensuite à de grosses équipes et ont du s’incliner.

Mais ce n’est pas grave, c’était une formidable expérience qui les inciteras à pousuivre leur carrière sur les tatamis régionnaux….


Coupe de France Minimes Crédit Agricole par… par

Brillantissime fin de saison…

Voici les résultats des équipes du District de L’Alsace Verte (dont le J-C Saverne fait partie) lors de la Finale des Districts à Sélestat ce dimanche 8 juin 2014

Avec la participation de Marie-Paule PANZA 7ème dan et de deux jeunes championnes Nathalie ROUVIERE (J-C Wissembourg 1ère à la Coupe d’Europe) et Sophie CANDEL (du Pôle Espoir, 2ème à la Coupe de France ).

 
Matinée:

Benjamins  Honneur    1er

Benjamins  Excellence 1er

Benjamines                2ème  

        

Après-midi:

Poussins Honneur    1er

Poussins Excellence 2ème et trophée du fair-play

Poussines               2ème

D’autres savernois ont également participé à la manifestation:

Grégory arbitre, Sara commissaire sportif, Damien et Martin comme capitaines d’équipe et coaches, ainsi que Christian OURY secouriste !

Et merci aux parents qui ont accompagné leurs enfants.

Journée chaude et un peu longue suite à l’accumulation de petits retards le matin.

 

Autre information, Géraldine BOSS a obtenu le titre de commissaire sportif N4 .

 

Bernard MALLEVILLE (un président heureux…)